La fin des Pyrénées

Publié le 24 Avril 2014

mardi 15 avril

Les températures chutent et ils remettent leur veste pour la première fois depuis le jour de leur départ sous la pluie. Cela facilitera le passage du dernier col à
1280 m d’altitude. Ensuite la route se transforme en une longue descente tranquille.
Finalement, ces deux derniers jours ont été moins dur que prévu. Après 12 jours de voyage, bras et jambes se sont habitués et musclés... Bruno et Xavier s’arrêtent à 15 km au
Nord de Teruel pour bivouaquer sur un terrain vague. En cadeau ils s’offriront un beau coucher de soleil.

La fin des Pyrénées

lundi 14 avril,

Difficile de quitter des hôtes aussi sympathiques que Julia et Angela, les deux sœurs qui tiennent l’hôtel-restaurant. Encore une fois, on papote et on ne voit pas le temps passer. Pourtant la journée promet d’être longue... et s’annonce comme la plus dure de l’aventure; une longue route jusqu’à Teruel, 2 cols à franchir.

Heureusement, pas besoin de se préoccuper du repas. Julia et Angela leur ont préparé des sandwichs. Cela fait-il parti du prix de la chambre déjà très bas, ou est-ce encore une démonstration de l’hospitalité espagnole? Ils s’arrêteront dans la ville minière d’Eschucha pour savourer leur «bocadillos». Finalement la température assez fraîche leur permettra de passer le premier col à 1408 m sans trop de difficultés. Après 3 heures de route et 28 km, ils s’arrêtent à Mezquita de Jarque, un petit village où ils trouvent un petit bar typique pour dîner.

Tant pis, le deuxième col sera pour demain !

La fin des Pyrénées

Dimanche 13 avril

Après une journée de pause bien méritée le moral est au beau fixe. Pas de stress; départ en douceur d’Alcorisa en début d’après-midi. Le point de chute est un petit hôtel à environ 35 kilomètres. Bruno et Xavier prennent leur temps pour cette petite portion de route. La route est belle. Beaucoup de motards rentrant d’Alcaniz du championnat de superbike et leur font signe pour les encourager dans les montées.

Ils arrivent vers 20h00 à l’hôtel de Casta del Cabra. L’hôtel n’est pas équipé pour accueillir les personnes à mobilité réduite. Peu importe, les gens de passage portent Bruno pour monter dans sa chambre.

La fin des Pyrénées

Rédigé par Bruno Sans

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article